Petit conte pour honorer le solstice d’hiver

Marie-Agnès chauvin

21 décembre 2019

L’astronef est en péril. Tous ses occupants le ressentent. Les voyants des tableaux de bord clignotent comme des guirlandes de Noël mais c’est moins joyeux. Les pilotes tentent des manœuvres sans que cela ne corrige pas la trajectoire. Les passagers sont de plus en plus inquiets. Le vaisseau part à la dérive dans le grand océan du présent.
Puis un bruit choque la coque de métal, tout le monde l’entend. Puis une voix frappe à chaque esprit, tout le monde la ressent. « Laissez-nous entrer ! Nous venons vous aider ». Les pilotes hésitent et décident d’ouvrir le sas de communication avec l’infini.
Deux êtres gracieux pénètrent dans le vaisseau. Ils portent un paquet volumineux qu’ils serrent contrent eux.

  • « Nous venons de faire le nécessaire pour que vous repreniez votre course. Nous vous laissons ceci, c’est l’un de nos plus précieux trésors. Aidez-le à grandir ! »

Les êtres étranges repartent avec ce qui ressemble chez nous à un sourire. Ils laissent derrière eux une grande stupéfaction dans les regards et le paquet sur la console d’un des ordinateur.
Le paquet se déploie tout seul. Il y a dedans deux bébés. Ils ressemblent à des petits humains avec un petit quelque chose d’indéfinissable en plus. Ils ne parlent évidemment pas mais il suffit de regarder leurs yeux pour savoir ce qu’ils disent.
Le premier enfant déclare derrière ses pupilles foncées :

  • « Je suis Ombre, l’enfant de l’intérieur, celle qui possède la sagesse. Sur votre monde je nais le 21 juin et je vous accompagne pendant 6 mois. Vous m’associez souvent au froid et au vent. Vous m’appréciez peu. Vous me voyez dans les traits de ceux que vous n’aimez pas. Prenez-moi dans vos bras, donnez-moi à manger des nourritures douces. Je grandirai avec vous.»

Le deuxième enfant déclare derrière ses pupilles claires :

  • « Je suis Lumière, l’enfant de l’extérieur, celui qui possède la vitalité. Vous m’associez souvent à la chaleur et au succès. Sur votre monde, je nais le 21 décembre. Vous aimeriez que je sois toujours auprès de vous. Je suis obligé de me cacher la moitié de l’année pour me ressourcer. Prenez-moi dans vos bras, donnez-moi à manger des nourritures douces. Je grandirai avec vous.»

Alors… Je vous laisse imaginer la suite pour le vaisseau qui nous porte et surtout pour vous.

Joyeuses fêtes de Noël !

Marie-Agnès chauvin

Publié le 21 décembre 2019

Télécharger en pdf

Vous désirez réagir à cet article ?

N’hésitez pas à nous envoyer votre texte au comité de communication par mail

retour en haut de la page

 

Revenir à la page Articles