Les spécificités du Voice Dialogue

Véronique Brard

2019



Hal & Sidra - 1983
Au départ, Hal & Sidra Stone avaient nommé leur travail, Psychologie de la Transformation. Ils ont finalement opté pour Psychologie des Subpersonnalités, puis Psychologie de l’Ego Conscient qui correspond davantage à la réalité de leur travail.
En effet, il est devenu clair, pour eux, au fil des années que c’est le développement d’un processus d’Ego Conscient qui fait qu’il existe ou non un processus de transformation durable. Pour ne pas dérouter leurs nombreux étudiants, ils ont toutefois gardé les deux noms : Psychologie des Subpersonnalités et de l’Ego Conscient.
Hal et Sidra Stone ont ainsi créé une théorie basée sur une certaine conception de la conscience, et une méthode d’exploration de cette théorie : le Voice Dialogue. Cette méthode est très spécifique et ce sont ces particularités que nous allons développer dans cet article. Nous en avons défini sept.

A. les spécificités du voice dialogue

  1. Un coaching énergétique
  2. Le Voice Dialogue est un dialogue avec les différentes voix présentes chez une personne. Ces voix sont celles des différentes énergies qui occupent le corps, dans l’instant. Même si certains archétypes sont très reconnaissables, chaque énergie reste absolument unique et le nombre et les combinaisons d’énergies sont infinis.
    Nous nommons ces énergies subpersonnalités. Chacune nous donne des informations particulières, a sa propre vision du monde, et met le corps dans un état physique et psychique différencié. Certaines énergies sont mentales et rationnelles, d’autres émotionnelles et irrationnelles, certaines sont instinctives, d’autres sont transpersonnelles.
    Le Voice Dialogue est avant tout une exploration énergétique, sans préjugé et dans l’accueil inconditionnel de ce qui est là. Un siège différent est donné à chaque énergie.
    Il n’existe pas de cadre dans laquelle la personne doit entrer ou de cases dans laquelle son énergie doit être « rangée ». C’est du « sur mesure », non du « prêt à porter ». Le cadre s’adapte à la personne ; il s’élargit et se modifie selon ce qui est rencontré. Lorsque c’est possible, nous explorons le Mental lui-même, en tant qu’énergie, et nous décalons la personne de ce Mental. L’expression des réalités intérieures autres que celle du Mental est ainsi rendue possible.

  3. Un travail de conscience très pragmatique
  4. Dans ce cadre, le processus de transformation n’est basé ni sur la volonté, ni sur l’effort ou la discipline, mais sur l’éveil d’un état de Témoin particulier : la conscience de la valeur d’un comportement lié à une subpersonnalité et de la valeur du comportement opposé qui vient d’une subpersonnalité opposée. Ce qui aboutit à l’exploration consciente de ces subpersonnalités opposées et à la découverte d’un interface possible entre elles.
    Nous parlons alors de polarités réconciliées comme, par exemple, le Discipliné et Celui qui agit dans l’élan, le Traditionnel et l’Esprit Libre, le Réfléchi et le Spontané, le Soumis et l’Insoumis, pour citer quatre polarités très proches, très actives actuellement dans la société.
    Les rêves et les inter-relations sont ce qui nous permet très concrètement de voir nos différentes subpersonnalités en action et de repérer leurs opposés. Ce sont nos guides privilégiés pour nous réconcilier avec les parties de nous qui ont été dénigrées.

  5. Le respect du système primaire
  6. Le système que nous nommons « primaire », c’est-à-dire celui qui gouverne la personne, la connait mieux que n’importe quel accompagnateur ou coach. Même lorsque qu’une mise à jour est nécessaire pour équilibrer les subpersonnalités qui forment ce système primaire, ce système doit être respecté. Les changements qui se font contre ce système primaire, au mieux, ne durent pas, au pire peuvent être négatifs à court ou long terme.
    Tout faciliteur de Voice Dialogue va chercher à mettre en évidence ce système primaire pour le valoriser et en faire son allié dans le processus de transformation. Le faciliteur reste fiable à ce système primaire tout au long du travail.
    Une transformation organique prend place, c’est-à-dire un processus de croissance interne, très semblable à celui qui existe dans une plante ou dans le développement des cellules à l’origine de la vie.
    Nous en remettre à ce mouvement interne de croissance, lui faire confiance, est un nouveau défi pour tous les Actifs de ce monde.
    « Vouloir une libération rend la libération plus difficile parce qu’elle n’a aucun rapport avec la volonté. Elle dépend de l’acceptation. Il faut vous abandonner à votre propre réalité et à votre propre intégrité. » Le livre d’Emmanuel, P. Rodegast.

  7. Une bonne connaissance du Critique Intérieur
  8. Un faciliteur en Voice Dialogue a la conscience aigüe que toute personne a dans sa personnalité un Critique Intérieur qui peut la paralyser, la freiner et la déprimer. Une des spécificités du Voice Dialogue est que nous ne luttons pas avec ce Critique. Nous pouvons le nommer, aider la personne à prendre conscience de sa présence et de ses multiples contradictions, puis lorsque c’est possible, décaler la personne de cette énergie multiforme. Surtout, nous sommes très vigilants à ne pas le renforcer.

    Un travail avec les subpersonnalités qui comprend des critiques sur certaines voix ou une critique sur le fait de réussir ou non à se décaler de ses subpersonnalités, ne doit pas être confondu avec le Voice Dialogue enseigné par Hal et Sidra Stone.

  9. La prise en compte de la vulnérabilité
  10. C’est une autre grande spécificité. Pour un faciliteur de Voice Dialogue, toute transformation devient stable grâce au déplacement de la vulnérabilité. Cette vulnérabilité est, au départ, ignorée et prise en charge de façon automatique par les parties primaires.
    Lorsque cette vulnérabilité devient consciente, cela permet la transformation : la personne peut se décaler de sa partie primaire et intégrer son opposé.

    La vulnérabilité se trouve prise en charge par un interface entre la partie primaire et la partie opposée. La personne peut alors inventer de nouvelles façons d’aller dans le monde, plus pertinentes, plus adaptées à sa réalité actuelle.

  11. Exploration et dévoilement
  12. Une autres des spécificités du Voice Dialogue est d’être une méthode d’exploration bienveillante. C’est cette bienveillance qui va amener la personne a entrer en contact avec sa réalité intérieure et à pouvoir la dévoiler.
    A partir du moment où nous respectons profondément le système primaire et comprenons le bénéfice de cette attitude, cette théorie nous donne une grille qui mobilise notre créativité et nous permet d’accompagner nos clients en toute sécurité.
    Nous avons la vie que nos subpersonnalités nous font. Aussi, nous ne cherchons pas à résoudre les problèmes mais plutôt à mettre en évidence les subpersonnalités qui dominent la personnalité. Puis à voir si la personne peut, ou veut, s’en décaler.

    Cette séparation ne se fera que lorsque les subpersonnalités primaires seront reconnues dans les cadeaux, les habiletés, la sécurité qu’elles amènent à la personne, et rassurées sur sa valeur. «Lorsque vous ne pouvez pas décaler votre client de l’une de ses subpersonnalités, c’est que vous n’avez pas suffisamment parlé à cette partie de lui ou que vous ne l’appréciez pas suffisamment.» Hal Stone.

  13. Le lien
  14. Hal & Sidra

    Dans cette méthode, la présence et l’attitude de celui qui observe, donc la nôtre, en tant que thérapeute, coach ou accompagnant, fait partie intégrante de ce qui se passe dans la séance ; nous ne nous mettons pas en dehors du système. Au contraire nous créons un lien adapté à personnalité de notre vis-à vis.
    Pour pouvoir entrer en lien avec les différentes subpersonnalités de son client, le faciliteur devra être lui-même dans une interface qui peut accueillir sans jugement le maximum d’énergies. Cela implique qu’il entretient en lui un processus d’Ego Conscient.

    Le faciliteur fait alliance avec son client sans être en position haute, ni en position parentale. Il est son égal au niveau humain. Il veille sur la qualité du lien qu’il soit personnel ou plus impersonnel ; les variations éventuelles de ce lien lui indiquent les changements de subpersonnalités.
    Nous ne sommes pas dans un coaching de confrontation, de stratégies, de solutions, nous sommes dans un lien réel, avec approbation et mise en valeur de ce qui est déjà présent et vécu, et découverte de ce que la séparation volontaire et prudente d’avec ce système primaire va amener.

    Outre ces 7 points qui rendent le Voice Dialogue très singulier, sa spécificité majeure est le développement d’une certaine qualité d’ego : un ego que nous nommons conscient.

B. La base du Voice Dialogue : le concept d’Ego Conscient

Le développement d’un processus d’Ego Conscient est le but et la spécificité fondamentale du Voice Dialogue.
L’ego est l’instance directrice de toute psyché, celle qui décide. Tant que nous avons une individualité, nous avons un ego. L’un et l’autre sont indissociables. Sans individualité, nous faisons simplement partie du Grand Tout. Dès qu’il existe une une conscience différenciée, il existe un ego. Vouloir un ego différent du Mental ou des tendances humaines les moins lumineuses est parfaitement naturel pour tout individu qui a une aspiration spirituelle. Désirer avoir un ego éduqué, non automatique, éveillé, conscient, est absolument compréhensible.
Vouloir la mort de l’ego ou sa disparition n’a guère de sens. Quant à supposer ne plus avoir d’ego, c’est un terrible piège.

L’Ego Conscient : une interface
Développer un ego conscient d’une subpersonnalité et de son ou ses opposés est le chemin. Cela veut dire devenir capable d’aller dans un schéma d’énergie précis, de l’identifier, de l’apprécier pour ce qu’il est, et de s’en décaler pour avoir accès à son opposé, et de l’apprécier aussi pour ce qu’il amène en termes d’équilibre. C’est ce que nous nommons le processus d’Ego Conscient.
De cette interface entre deux subpersonnalités opposées, nous pouvons prendre des décisions qui tiennent compte de ces opposés. Nous sortons alors de la dualité.

Les fondamentaux du Voice Dialogue

Un Ego Conscient peut embrasser deux énergies opposées et tenir compte des besoins, connaissances et expériences des deux. Nous ne sommes plus identifiés à une subpersonnalité ou à une autre, à un conditionnement ou à un autre.
Entretenir des relations respectueuses avec toutes nos subpersonnalités est ce qui nous permet d’avoir beaucoup moins de jugement sur les autres.

Équilibrer, en nous, les deux pôles de nos nombreuses polarités est une façon efficace de diminuer la force des critiques sur nous- mêmes et de nos jugements sur les autres.

Quatre facteurs inhérents à la race humaine permettent le développement d’un Ego Conscient :

  • Nous sommes constitués de subpersonnalités. Je parle de subpersonnalités et non de sous-personnalités car ce dernier terme évoque automatiquement le concept de chef et de sous-chefs. Ce qui d’emblée introduit un malentendu : il n’existe pas une personnalité et des sous-personnalités. Comme dans les jeux de construction de notre enfance, il existe un château fait de cubes ; aucun, à lui seul, n’est le château. C’est à travers toutes les facettes de notre personnalité que l’Être de Lumière dont nous sommes les intervenants sur Terre peut agir. Il a besoin de toutes nos polarités (non déformées) et les valorise toutes.
  • Dans notre monde duel, chaque subpersonnalité a un ou plusieurs opposés. Cela forme une polarité qui, au-delà des apparences, est complémentaire. Le Mental les oppose, le corps peut les réunir.
    Lors de notre éducation, l’un des pôles a été banni et s’est plus ou moins déformé. Il est de notre responsabilité de lui redonner sa forme originelle, ce qui veut dire une forme non nocive. Ces pôles doivent être à nouveau réunis pour que nous puissions fonctionner correctement.
    Par exemple, nous devons avoir à notre disposition aussi bien la subpersonnalité qui sait prendre soin des autres que celle qui sait prendre soin de nous ; ou encore Celle qui aime obéir aux règles comme celle qui aime suivre son propre chemin.
  • Nous avons une capacité de Vision Consciente : nous pouvons développer cet état de Témoin des opposés dont nous avons parlé plus haut. Nous sommes la Conscience en train de devenir consciente d’elle-même. Cette conscience, consciente d’elle-même ne porte aucun jugement sur ce qui est vu.
  • Nous avons la capacité d’agit à partir d’une interface. Cet espace intègre les informations et les expériences des deux pôles dont est composé toute polarité, avec la compréhension sereine de la complémentarité de chaque pôle.
    Nous ne pouvons pas découvrir cet espace d’Ego Conscient uniquement par l’exploration des énergies, ni uniquement par l’analyse. Analyse et exploration sont toutes deux nécessaires pour que le processus s’enclenche et se poursuive.

Un cadre d’analyse non freudien
Nous ne sommes pas dans un cadre de référence freudien. Les différents je, les différents moi sont ici synonymes. Le je est simplement « un moi qui dit je », une subpersonnalité, un schéma d’énergie particulier. Le Voice Dialogue n’emploie pas les termes de « surmoi » ou de « ça », au sens freudien du terme. Les subpersonnalités ne sont pas non plus « des visiteurs du moi », ils sont les éléments constitutifs de la psyché.
L’ego ordinaire est considéré comme un ensemble de subpersonnalités fonctionnant en automatique. La notion de « faux moi » n’est pas retenue. Certains je sont en relation avec le ressenti, d’autres ne le sont pas, tous appartiennent à la personne et jouent leur rôle. Tous sont des subpersonnalités authentiques.
La notion de « petit moi » et du Soi est revisitée, dans cette théorie tous les « moi » sont considérés comme égaux et nous nous en remettons au processus d’Ego Conscient à travers le processus des rêves et la réalité de nos relations. Aucun aspect n’est considéré comme un obstacle ou une résistance. Le faciliteur en Voice Dialogue ne cherchera jamais à se débarrasser, à mettre au pas ou à contourner une « résistance », il travaillera avec le système primaire. C’est un regard inclusif, le et… et est valorisé, non l’exclusion
Le Voice Dialogue n’est pas un dialogue intérieur

Sidra Stone

Assimilé, au début, au dialogue intérieur tel que Jung l’a mis en évidence, le Voice Dialogue n’est cependant pas un dialogue intérieur.
Il demande un interlocuteur extérieur pour que les différentes voix auxquelles une personne s’identifie puissent être peu à peu dévoilées et reconnues.
Sans cet interlocuteur extérieur, l’Observateur Mental fera office de faciliteur. Ce dernier a ses propres buts, ses propres peurs et, en fait, une demande constante d’amélioration. Il est peu ou prou critique et ne peut jouer le rôle d’un faciliteur. L’Observateur Mental ne peut pas aider la personne à se décaler d’un système primaire dont il fait partie intégrante.

C. Le processus de conscience

La théorie des Subpersonnalités et de l’Ego Conscient considère la conscience, non comme un but à atteindre, mais comme un processus en perpétuel développement. La conscience est à l’origine de tout ce qui est ; elle est aussi en perpétuelle évolution et tout ce que nous vivons la transforme et la modifie. Pour que notre conscience individuelle évolue dans le monde manifesté trois expériences sont nécessaires :

  • L’expérience des subpersonnalités
  • C’est-à-dire l’exploration consciente d’une énergie particulière, nommée et reconnue.
    La personne, avec l’aide du faciliteur, expérimente un schéma énergétique présent dans sa personnalité. Elle l’individualise, apprend à le reconnaître, découvre les raisons et les conséquences de sa présence, son rôle dans la personnalité, ses principales façons d’être, d’agir ou de penser, ses points forts et ses pièges. La personne apprend à respecter ce schéma et à s’en différencier.

  • L’expérience de la Vision Consciente.
  • Elle est stimulée et utilisée systématiquement. Cet état de témoin non impliqué est peu à peu différencié de parties comme le Contrôleur, le Critique, le Commentateur, le Grand Améliorateur ou l’Observateur Mental. Cet état de témoin n’est pas, en luimême, une subpersonnalité mais un état d’être particulier.
    C’est un état d’être sans jugement, sans désir, sans volonté propre, sans but particulier. Cet état n’est pas concerné par le fait de vouloir quoi que ce soit, de comprendre, savoir, expliquer ou avoir raison. Selon l’image chère aux sages indiens, la conscience, dans cet aspect de témoin, est semblable à un écran de cinéma : l’écran de cinéma n’est pas affecté par le film qui se déroule, ni par la fin du film. Cet état de détachement – sans aucune volonté de détachement – qui est souvent le but du développement spirituel est considéré ici comme l’une des trois expériences nécessaires au processus de conscience. Il n’est pas défini comme étant la conscience elle-même.

  • Le processus d’Ego Conscient
  • La Vision Consciente voit mais n’agit pas, l’Ego Conscient peut agir. Cet état de Témoin spécifique amène naturellement un processus d’Ego Conscient. Plus l’Ego Conscient devient opérationnel, plus l’égo fonctionnel automatique diminue. Nous devenons pleinement humain.
    Le but du Voice Dialogue est d’éveiller en nous cette interface capable d’intégrer deux énergies opposées, de les prendre en compte, sans se laisser dominer, kidnapper ou hypnotiser par l’une ou l’autre. Par ce travail de conscience une force de vie est réactivée.
    La Vision Consciente liée à cette force de vie va, progressivement, faire son oeuvre et donner naissance à un processus d’Ego Conscient.
    La compréhension que toutes nos énergies nous sont nécessaires, nous donne le désir de réintégrer celles que nous avons laissées de côté, tout en prenant la responsabilité de les remettre en bon état de marche. Elle ne doivent nuire ni à nous ni à l’autre. Heureusement, l’Ego Conscient est un espace d’infinie créativité !

Écoutez le chemin… il est parfois plus sage que celui qui le parcourt.

« La grâce est cet espace entre toutes les polarités ; cet art de danser avec tous les aspects humains sans jamais devenir victime d’aucun, aussi fascinant ou brillant soit-il.
Le désir de s’identifier agit sur nous comme un aimant. L’extase de cette place du milieu – où nous ne sommes identifiés à aucune énergie et dansons entre les opposés, où nous sommes profondément vivants dans les parts les plus ordinaires, les plus enracinées de notre être – peut fonctionner comme un nouvel aimant. Un aimant qui nous donne un réel lien avec l’autre et une possibilité de relation la plus intime qui soit. Une relation libre, née pour grandir, pour se développer, pour nourrir les besoins de l’âme, pour s’enrichir d’expériences toujours nouvelles, de nouveaux chants, de cet inconnu qui nous appelle à rentrer chez nous. » d’après Cordula Frei.

Thera
Véronique Brard – Association Voice Dialogue Sud ©

Publié le 20 avril 2019

Télécharger en pdf

Vous désirez réagir à cet article ?

N’hésitez pas à nous envoyer votre texte au comité de communication par mail

retour en haut de la page

 

Revenir à la page Articles