Equinoxe

Equinoxe

Marie-Agnès Chauvin

2016

Le 22 septembre à 16h22 le soleil est entré dans le signe zodiacal de la Balance, la position de la terre sur son axe marquait l’équinoxe d’automne.
L’équinoxe, comme son nom l’indique, est un point d’équilibre entre le temps du « jour » et le temps de la « nuit ». Cette position ouvre l’automne qui, jusqu’au solstice d’hiver va voir les jours raccourcir au profit des nuits.

Si nous étions centrés sur les relations très étroites entre l’homme et la nature, nous aurions fêté ce moment avec fastes et recueillement, comme le faisaient sans doute nos très grands ancêtres.
Imaginons donc la fête, non pas réelle mais symbolique, à laquelle nous invite l’équinoxe.
Dame Nature la grande, pendant l’été, nous a apporté la chaleur du soleil et ses fruits rebondis. Les blés sont rentrés et les hirondelles pirouettent encore dans le ciel. Dame nature, la petite, c’est-à-dire nous (corps, âme et esprit) nous a apporté rire et bonheur, progrès et réussite, voire difficultés qui nous ont fait grandir.
Nous sommes à un moment d’équilibre, moment éphémère, s’il en est, car comme tout point d’équilibre, il annonce un mouvement.

En tant que jungiens, praticiens du Dialogue Intérieur, nous sommes habitués aux signes de « bascule ». Nous favorisons chez nos clients l’expression des opposés et nous les aidons à saisir les instants où « ça balance ».
La reconnaissance des opposés et la présence d’un « moi conscient » est une forme d’équinoxe. Et comme dans la nature, c’est initiateur d’un nouveau mouvement. Une étape est franchie. Elle permet à une autre de se mettre en route.

Alors suivons Dame Nature la grande pour rentrer dans le mouvement suivant !
Que nous montre-t-elle ?
La sève cesse de monter dans le tronc des arbres. L’énergie change de sens, elle va de haut en bas, du ciel à la terre. Si les feuilles continuaient à être nourries, si elles restaient en place, l’arbre serait fragilisé face aux grands vents de la période hivernale. Les feuilles changent d’état, elles fanent et tombent sur le sol pour le fertiliser. De cet humus vont pouvoir se nourrir plein d’organismes. C’est le cycle vie/mort/vie de la Nature.

Passons du Macrocosme au Microcosme pour voir à quoi cette métaphore nous invite !
A profiter des joies et des réussites que nous avons engrangées pendant les mois chauds ?
A un retour sur soi ?
A penser à notre protection face aux futurs grands vents d’hiver?
A un « repli » sur nos valeurs essentielles ?
A « lâcher » des choses qui vont aller en nourrir d’autres ?
…En tout cas à jouir de notre Introversion et à partager les fruits de la Connaissance.

Bel automne à toutes et tous
Marie-Agnès Chauvin

Publié le 23 septembre 2016

retour en haut de la page

Revenir à la page Articles